Au coeur de l’éducation que j’essaie de donner à mon petit Pilote-de-balançoire il y a les livres comme vous l’aurez compris. Pourquoi ont-ils autant de place dans notre quotidien ? Cela tient sans doute à ma propre histoire et à tout ce que les livres m’ont apporté au fil des années et que j’essaie de transmettre par tous les moyens aux petits comme aux grands qui m’entourent. Mais les livres nous permettent surtout de nous poser, comme pour contempler un mystère essentiel mais silencieux.

Ce matin encore, alors que mon Petit-Pilote se disputait avec son amie Fée-des-bonbons, j’ai instauré une petite trêve en les faisant grimper à bord de notre bateau-livre : nous nous sommes installés tous les 3 sur le canapé, j’ai descendu de notre bibliothèque 4 livres très différents et nous avons embarqué pour un petit voyage calme et serein où tout le monde a pu s’apaiser. Nous avons commencé notre voyage au côté de Pétronille et ses 120 petits, un album de Claude Ponti dont nous adorons l’inventivité aussi bien au niveau graphique que narratif.

 

A 4 ans, on est impressionné par le nombre visiblement : 120 petits, cela semble ahurissant pour mon Petit-Pilote-de-Balançoire ! (Et ça l’est en effet ! Mais quel plaisir de lire leurs prénoms p. 11 et d’en découvrir chaque fois de nouveaux !) Et puis que d’aventures entre le monstre Cafouillon, la Pluviotte à Aigrette, les trois Pierres pleureuses, le mauvais chemin, les plantes féroces, la forêt-bibliothèque, la madeleine inconsolable, et surtout surtout le Sagoinfre ! La courageuse Pétronille ne cesse de braver le danger et l’inconnu au fil des pages ! Un vrai récit d’aventures dont une MAMAN est l’héroïne ! Certes dans cette histoire c’est le papa, Everest, qui escalade des montagnes, mais les exploits de Pétronille sont bien plus admirables ! Vous l’aurez compris moi ce que j’adore dans cet album c’est la figure féminine omnipotente : mère, épouse, aventurière, consolatrice, guerrière, Pétronille est une femme indépendante, combattive, aux priorités clairement définies : protéger et rendre heureux ceux qui l’entourent !

 

C’est un des aspects que j’aime tout particulièrement dans les albums de Claude Ponti : les figures féminines y sont vraiment riches, téméraires, subtiles que ce soit dans L’arbre sans fin (dont je reparlerai sûrement) ou dans La revanche de Lili Prune, par exemple.

 

Mes deux zoisillons en ont redemandé, ce qui est la preuve indéniadiscutable de sa pertinence !

 

PS1 : Cet album est ma 4e participation au challenge « je lis aussi des albums en 2013 ».

PS2 : si vous voulez savoir quels étaient les trois autres livres : il y avait Scribble et Inck d’Ethan Long , Bonne nuit Charlie d’Amy Hest et Helen Oxenburry et Parfois je me sens… d’Anthony Browne (de prochaines chroniques en perspective !)

 

 

 

Publicités