Scribble et Ink est un album tout à fait surprenant qui fait dialoguer un chat et une souris amateurs d’art. L’un peint, l’autre dessine, et au départ aucun des deux n’apprécie le style de l’autre quitte à se jouer de très mauvais tours. Jusqu’au jour où leur vient une idée lumineuse : collaborer à travers une oeuvre commune. C’est ce qu’ils font et le résultat est une belle surprise que je vous laisse découvrir à la fin de l’album ! Un album qui nous fait donc découvrir l’art sous de très nombreux aspects mais aussi l’amitié, la collaboration, le compromis, des notions importantes pour nos petits lutins qui se cherchent une place au milieu des autres.

Ce que nous avons particulièrement aimé dans cet album :

1. le choix des couleurs primaires sobres (jaune, rouge, bleu, noir et blanc) et d’un trait hyper dynamique proche de la BD font de ce livre un très bel objet, original et percutant.

2. le jeune lecteur peut découvrir sans aucun formalisme  à travers les deux personnages la peinture abstraite et la peinture figurative, deux manières de représenter le monde auxquelles les enfants semblent s’essayer spontanément (enfin c’est ce que j’en déduis en observant les dessins de mon Petit-Pilote-de-Balançoire qui tour à tour essaie de représenter la réalité telle qu’elle est avec ses moyens de plus en plus précis mais qui sait aussi se laisser aller à l’art abstrait.)

3. c’est une très belle invitation à découvrir l’art dès le plus jeune âge et à jouer avec en intervenant sans complexe sur des oeuvres célèbres, en les détournant, en les imitant, en les transposant dans son propre univers ou encore en imaginant des histoires à partir d’elles, comme les héros de l’album. (En effet on retrouve dans cet album des oeuvres de Pollock, de Léonard de Vinci, de Van Gogh, de Grant Wood, détournées de manière ludique et drôle)

En bref :

Scribble et Ink, Ethan Long, publié chez Hélium

13.90 €, à partir de 4 ans d’après l’éditeur.

Thèmes : art et amitié.

 

Un deuxième ouvrage sur le thème de l’art découvert récemment dans notre bibliothèque préféré : Max et son art de David Wiesner.

Encore une fois, nous suivons 2 artistes, 2 reptiles (je ne pourrai pas les identifier précisément, je ne suis pas vraiment une adepte du monde animalier !) : l’un se nomme Arthur, l’autre Max. Max voudrait imiter Arthur qui peint au milieu du désert le portrait de ses assistants. Aucune narration dans cet album mais un dialogue entre ces deux personnages que tout oppose. Max prend au pied de la lettre le conseil d’Arthur qui lui conseille de le peindre en lui jetant de grands sauts de peinture à travers la figure. S’ensuit une série de phénomènes surréalistes où notre beau lézard coloré tour à tour s’estompe, devient transparent, se défait littéralement pour enfin reprendre vie entre les doigts de Max qui le redessine puis lui redonne des couleurs à la manière du « dripping » de Pollock ou du pointillisme de Seurat. Et étrangement Arthur semble aimer sa nouvelle silhouette et se lance à son tour dans un nouveau style de peinture !

Ce que nous avons particulièrement aimé dans cet album :

1. le thème abordé : l’art, encore et toujours, j’avoue que je suis fan des albums qui permettent d’aborder cette thématique de  façon ludique, drôle, originale, parce que c’est vrai j’aimerais que l’art soit une évidence pour mes enfants !

2. la manière très originale que l’auteur a choisi de construire son album, qui peut dérouter au premier abord (on se demande comment on va bien pouvoir lire cette histoire à son enfant quand on ouvre le livre pour la première fois ! ) : l’auteur alterne des images pleine page et des vignettes proches de la BD, de nombreuses illustrations ne sont pas accompagnées de texte, et quand il y a du texte il ne s’agit que du dialogue entre Arthur et Max. Du coup l’auteur nous « oblige » à être très attentif aux expressions des personnages et aux petits détails qui construisent peu à peu le contexte du récit. Alors soit on se contente de lire le dialogue à deux voix (c’est chouette de lire l’histoire du soir avec papa et maman) soit on invente un récit pour accompagner le dialogue (et on peut faire intervenir le petit lecteur !)

3. La mise en abyme du travail de l’artiste à travers les personnages de l’album puisque l’on voit le personnage d’Arthur (surnommé Art !) se déconstruire puis se reconstruire au fil des techniques utilisées (peinture, esquisse, lavis, dripping, etc…)

 

 

 

En bref :

Max et son art, David Wiesner, albums circonflexe.

13.50 €.

Thémes : art, amitié.

 

Suivre le fil de l’album dans le quotidien :

Et si votre enfant souhaite pratiquer le « body art » comme notre petit lézard sur son compagnon, on adore à la maison les barbouilles de bain de chez Nature et découvertes  qui permettent de laisser aller sa créativité sans complexe à même la peau !

 

Ces deux lectures comptent pour le challenge « je lis aussi des albums en 2013 »

 

 

Advertisements