Voilà 13 jours que notre Petit-Pilote-de-Berceau a rejoint la famille, chacun tente de trouver sa place, tout doucement au rythme que nous suggère ce si petit être, calme et contemplatif, un vrai petit sage qui semble encore imprégné des secrets de l’ange qui laisse sur nos visages la belle empreinte de son doigt. C’est en lisant le roman de Nancy Huston il y a de cela bien longtemps (j’étais adolescente et c’est le premier roman de cette auteure que j’ai eu l’occasion de lire avant de tomber sous le charme de son écriture et de ses questionnements,notamment de maman, dans Journal de la création) que j’avais découvert cette belle histoire et c’est en regardant Le Premier cri de Gilles de Maistres il y a maintenant 5 ans en guise de préparation à la venue de notre Petit-Pilote-de-Balançoire, magnifique documentaire revu cette année, dans un moment de partage avec une amie enceinte, que nous l’avons redécouverte.

« Selon une légende talmudique, lorsqu’un enfant naît, il possède encore le savoir ultime de ses vies antérieures. C’est alors qu’un ange apparaît et lui enjoint de tenir ce savoir secret. L’ange pose son doigt sur la lèvre de l’enfant et à cet instant précis, le bébé oublie tout pour entrer dans la vie. Du geste de l’ange, il reste une trace : le petit creux qui dessine un fossé entre notre lèvre supérieure et la base de notre nez… Alors seulement, il peut pousser son premier cri. »

Hier soir encore, notre Petit-Pilote-de-Balançoire m’interrogeait sur cette légende en observant les jolies lèvres de son frère…

 

Ah ! Quand la poésie enchante nos vies…

 

 

NB : la très belle photo est de tatie-fée-marraine-fée-clochette !

 

Advertisements