Abri : lieu permettant de se protéger d’éléments extérieurs ou de dangers.

Abri ?

Abris ?

Un abri.

Des abris.

Tout au long de la vie.

Noël serait-il un abri ?

Notre grand lit le matin quand toute la famille vient s’y réfugier serait-il un abri ?

La table de la salle à manger où tous nos couverts se côtoient serait-elle un abri ?

La chambre d’amis à l’arrière de la maison serait-elle un abri ?

La baignoire où se chahutent nos deux garçons chaque soir à l’heure où la nuit s’avance serait-elle un abri ?

Vos six bras rikikis, petits et grand seraient-ils mon abri ?

Emmanuelle Houdart dans son dernier album très grand format publié aux éditions « Les Fourmis rouges » fait surgir devant nos yeux fascinés ces nombreux abris.

Dès la première page, je m’y retrouve : une femme à la chevelure violette caresse son ventre rond, et le collier qui pend à son cou me rappelle tellement un certain sautoir inventé par ma petite soeur, à l’abri chez nous en ce moment…

Et la petite bouille du bébé de la 2e illustration ne serait-ce pas mon Petit-Pilote-de-Berceau ?

Et le bocal à bonbons et le cappuccino de la page suivante, mais, mais c’est chez moi que cela se passe ?

Et les deux frères page suivante qui s’embrassent après s’être blessés, ne serait-ce mes deux zenfantins dans un futur proche ?

Chaque page décline un nouveau cocon, chaque image nourrie de nombreux détails nous relie à l’univers organique et onirique de l’auteure. Chaque page est un univers à part entière, chaque page est un abri poétique.

Et l’on quitte l’abri qu’est devenu pour nous ce très bel album, grandi, comme l’enfant de la dernière page.

En bref :

Abris, Emmanuelle Houdart, Les fourmis rouges, 2014.

 

« Un abri, c’est une place à soi pour se retrouver »

 

Advertisements