L’école est finie d’Yves Grevet, un tout petit livre que j’aime beaucoup faire lire à mes élèves de 3e, mais qui peut se savourer bien avant, tellement ce texte, d’abord destiné à des adultes, a une portée universelle.

En quelques pages, l’auteur nous met dans la peau d’un adolescent de 2025 qui vit dans une France où l’école est à 2 vitesses : d’un côté l’école de l’entreprise de l’autre l’école privée.

D’un côté des familles défavorisées qui sont obligées de signer un contrat avec des entreprises qui se chargeront d’éduquer leurs enfants dans l’optique de les faire travailler dans leur secteur d’activité, de l’autre des familles qui peuvent offrir une éducation traditionnelle à leurs enfants. Le narrateur de l’histoire suit les cours de Jardins et maisons, une école qui lui apprend à faire des inventaires, porter des sacs de terreau, mettre en rayons, etc. Sa petite amie, Lila, suit les cours de Speed Fooding et tous les jours le midi à la cantine c’est hamburgers frites.

Et puis dans l’ombre et la clandestinité, se sont construites des écoles du maquis prises en charge par des enseignants retraités bénévoles qui accueillent chez eux les enfants des familles qui ne supportent plus ce système. Lila va partir, Lila va lire, Lila va apprendre, va comprendre, le monde dans lequel elle vit, le monde tel qu’il s’est façonné et comment ils en sont arrivés là…

Quand elle retrouve le narrateur après plusieurs mois de surveillance et d’enquête policière, elle va insuffler en lui un vent de révolte.

https://i2.wp.com/extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/SYR/P3/9782748511871.jpg

Et c’est ce vent de révolte ou du moins de questionnements que j’aime partager avec mes élèves. Même si s’engager est encore un chemin difficile pour la plupart d’entre eux, penser, remettre en question, interroger l’école d’aujourd’hui et plus largement le monde qui l’entoure, voilà qui donne du sens à ce métier qui sans cesse nous oblige à nous remettre en question, à écouter, à chercher, à interroger.

A l’heure du grand retour de l’enseignement morale et civique à l’école, peut-être pourrait-on se repencher sur ce que nous offre la littérature de jeunesse et la replacer au coeur de l’enseignement du Français…

 En bref :

Titre : L’école est finie, Yves Grevet.

Genre : Nouvelle, apologue, contre-utopie ?

Âge : humain

Thèmes : l’école

Date de publication : 2012

Editeur : Syros

Prix : 3 €

Imprimé : en France, par Sepec

Bonus :

Yves Grevet a aussi écrit la superbe histoire de Nox découverte grâce à une amie très chère qui m’a offert le premier tome dédicacé par l’auteur ! J’espère trouver l’occasion de vous en reparler et ce matin lors d’une séance « contre-utopies au CDI », une de mes élèves s’est précipité sur le 1er tome de Méto du même auteur si pertinent ! Il s’est vraiment bien s’adresser aux adolescents cet écrivain-enseignant !

Advertisements