Le doudou est un élément clé de la petite enfance, un petit personnage, un petit bout de nous, de notre famille, de ses odeurs, de ses douceurs qui nous accompagne dans toutes les premières pérégrinations loin des nôtres. Leurs formes sont étranges, leurs matières variées, leurs noms saugrenus et précieux. Et bien Edouard Manceau – on adore tous ses livres à la maison !- et Elise Ortiou Campion réinventent l’histoire d’un doudou extra : Monsieur Carotte. C’est un petit bonhomme efflanqué au teint pâle et au nez couleur carotte qui se présente confortablement installé sur la première de couverture. Puis au fil des pages nous découvrons la vraie vie de Monsieur Carotte. Au fil des pages, c’est un portrait subtil, tout en poésie qui se construit. Les mots choisis sont simples et poétiques. Les photos d’Elise Ortiou Campian lumineuses. Les mises en scène souriantes.

« Monsieur carotte est un rêveur aux yeux doux.

Monsieur carotte aime les jours paisibles.

Monsieur carotte est un petit jardinier au coeur tendre « 

Nous avons redécouvert ce petit album carré mercredi soir pour la dernière-dernière histoire du soir, offert il y a longtemps maintenant, pour le 5e mois-siversaire de mon Grand-Pilote-de-Balançoire et ce fut un petit moment hors du temps. On prend tellement de plaisir à suivre ce personnage de tissu, modeste et tendre, au supermarché, dans sa salle de bains, dans le train ou dans les arbres et même à Bilbao au musée Guggenheim que nous avons eu la joie de découvrir cet été 🙂

Je trouve vraiment cette démarche originale : placer le doudou dans des situations de la vie quotidienne, le prendre en photo, accompagner le tout d’une phrase, dont la typographie reprend la couleur dominante de la photo, en toute sobriété, avec beaucoup de blanc autour des phrases à gauche et des photos pleine page à droite. Un ensemble de choix esthétiques qui font de ce petit album un très bel objet, à câliner comme un doudou !

PS : chez nous les doudous ont une place de choix car c’est tatie-fée-marraine qui les invente.

Alors ils sont beaux, originaux, spéciaux et on les garde comme des trésors même quand ils ne remplissent plus leur fonction d’objet transitionnel.

Alors voici :

Claire-limpinpin pour mon Grand-Pilote-de-Balançoire

et Doudou-nuage pour mon Petit-Pilote-de-Berceau!

Publicités