Vladimir et Clémence pour moi ce fut d’abord l’histoire d’un artiste, un artiste naissant, un artiste qui apprend de la matière même de son art : l’humain.

Vladimir et Clémence pour moi ce fut d’abord Vladimir. Un personnage hésitant,  qui s’interroge beaucoup sur sa pratique mais en même temps un personnage terriblement charmant, innocent au sens positif du terme. Un jeune homme qui entre dans la vie par le biais de la photographie. Et dans l’amour aussi.

Vladimir et Clémence c’est une histoire d’amour bien entendu. Une histoire d’amour qui a laissé entrer le merveilleux dans un univers qui pourrait être le nôtre. Et oui car Vladimir le photographe tombe amoureux d’une jeune femme … invisible !!! Ce qui est un comble quand on passe son temps à fixer sur le papier ce qui est visible. Mais peut-être que ce joli petit roman est en fait une métaphore de la si belle pensée de Saint-Exupéry :

« On ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

Mon passage préféré de ce récit est le moment où par amour, sur une remarque de Clémence, Vladimir va remettre en cause sa technique, au moment où après avoir échoué à photographier tels qu’ils sont les membres de la famille de sa bien aimée, il va réessayer et immortaliser dans ses clichés les particularités de chacun. J’aime ce message : en art comme dans de nombreux autres domaines de la vie humaine, il faut sans cesse réessayer, expérimenter, se tromper, recommencer.

J’aime le format de ce roman, précieux, allongé. J’aime le papier de ce roman, épais. J’aime les illustrations de ce roman qui me rappellent un univers un peu désuet mais infiniment délicat. Et puis j’aime l’idée qu’on propose aux enfants de lire l’histoire de personnages adultes. Si certes la littérature de jeunesse s’est beaucoup enrichie en proposant à ses jeunes lecteurs des héros de leur âge auxquels s’identifier, il n’est pas mal non plus de leur soumettre des personnages adultes dans lesquels se projeter. Notamment sur cette question si cruciale de la vie amoureuse.

Publicités