Cher futur lecteur de Frida et Petit Ours du fabuleux Anthony Browne et d’Hanne Bartolin,

si comme moi tu penses que la créativité est l’une des ressources les plus précieuses de l’esprit humain, alors plonge-toi dans ce petit album carré et invite avec toi tous les enfants qui t’entourent !

Un jour Petit Ours est en panne d’idée, c’est l’heure pour lui du vertige de la page blanche ! Alors son amie Frida, qui a plus d’un tour dans son sac, lui donne une idée : elle dessine avec sa trompe une forme rouge sur un joli papier quadrillé et invite Petit Ours a complété son dessin. Aussitôt, abracadabra, un petit chien trépignant de joie apparaît !

Et le jeu des formes continue sur tous les supports à portée de main : sur du papier jaune, sur une enveloppe déchirée, sur du papier à lettres, avec un petit bout de papier d’emballage déchiré ou une brindille tarabiscotée, l’esprit ne cesse d’inventer, de créer, de transformer !!!

frida ours

On dirait d’ailleurs que l’artiste a voulu suggérer d’autres pistes à explorer pour enrichir sa créativité car dès la première page il nous propose deux manières de dessiner différentes : sur la page de gauche Frida est dessinée avec des contours nettes, des couleurs vives alors que sur la page de gauche Petit Ours semble dessiné au crayon, de manière plus estompée.

Tout compte quand il s’agit de créer : les formes, le support, la technique, le matériel et bien entendu les idées mais les uns s’enrichissent des autres et inversement dans un productif cercle vertueux !

La couverture de cet album déjà nous invitait à travers une intelligente mise en abyme à parler du processus créatif : on y voit une main – vraisemblablement la patte de Petit Ours dessinant un petit éléphant en robe à pois – c’est Frida- qui elle même tend à Petit Ours un crayon de couleur ! Mais ce Petit Ours ne serait-ce pas l’illustrateur lui-même, ce cher Anthony Browne, qui jouait au jeu des formes avec son frère quand il était petit, comme nous en informe la 4e de couverture ?

Voilà un album qui permet de parler de la création en toute simplicité et qui se prolonge à l’infini dans de curieux jeux de formes qui raviront petits et grands, crois-moi, cher lecteur !

Alors, à toi de jouer !

Ada, la collectionneuse de papillons de papier

PS : le MUZ a proposé aux enfants de jouer avec les formes d’Anthony Browne, le résultat est par!

Publicités