Cher futur lecteur de Nous, quand on sera grands des incorrigibles Jean Leroy et Matthieu Maudet,

dès que tu auras terminé la lecture de ce petit album, tu vas te tordre de rire -encore une fois parce que ces deux là quand ils font un livre ensemble c’est toujours HI-LA-RANT !

Sur la première de couverture le lecteur repère très vite une ribambelle de personnages chers à son cœur : le petit chaperon rouge et ses nouveaux compères le trois petits cochons. Ces 4 là se retrouvent dans ce coin favori des petits : le bac à sable, là où on patouille, tambouille, fripouille. Nos 4 compagnons, eux, font des plans sur la comète et imaginent ce qu’ils feront plus tard. Pompier, policier, magicien ou fermier avec un objectif commun : faire taire ce loup qui les a si souvent embêtés dans leurs aventures.

Mais qui aura le dernier mot ? Nos héros vont-ils enfin se venger du loup ????

La surprise se cache dans la chute de l’album qui nous fait découvrir un autre personnage qui donne un nouveau sens à cette petite discussion entre enfants !

Il est difficile de parler de ce petit livre sans en dévoiler l’essence même, car comme souvent avec ces deux artistes c’est la chute qui donne toute sa saveur au texte. Alors cher lecteur, je te laisse la découvrir.

Ce que j’adore dans ce livre, c’est son « épaisseur de sens » : le tout petit aime cette histoire parce qu’il y reconnaît des personnages qu’il affectionne (non pas le petit chaperon rouge ou les petits cochons qu’il ne connait pas encore forcément) mais le policier, le pompier, le magicien, le fermier, il aime que ce texte ne soit que dialogue à théâtraliser ; et puis l’adulte lui se fait plaisir, il perçoit quant à lui les références et puis il savoure l’ironie finale, celle de cette chute, qui je le répète, cher lecteur, est vraiment savoureuse !

Et puis cette fameuse question « que veux-tu faire quand tu seras grand ? » prend ici une dimension inattendue qui nous fait envisager les personnages des contes dans une temporalité différente et moderne et nous les rend particulièrement proches.

Cher futur lecteur, tu vas bien rigoler !

Ada, la collectionneuse de papillons poilus, velus, chevelus.

Publicités