Cher lecteur,

revoilà le petit rituel du dimanche un peu décalé, tu m’en vois désolée !

29/ Dans combien de maisons différentes avez vous vécu?

Et bien si mes calculs sont bons, j’ai vécu dans 7 endroits différents ! Deux quand j’étais enfant, mais je ne me souviens pas du tout de la première maison où j’ai vécu les 2 premières années de ma vie, quant à la deuxième il s’agira à jamais de mon royaume d’enfance !

Puis avec celui qui deviendra mon futur époux nous avons exploré 2 appartements à Limoges, un tout petit rikiki et un très grand, avant d’aller vivre de nouvelles aventures à Clermont-Ferrand dans un appartement complètement incroyable mais souvent vide, puis poussés par la neige et le froid, nous sommes retournés en Aquitaine vivre dans un petit appartement en plein cœur de Bordeaux où nous avons exploré des recoins inouïs de notre créativité et où de précieuses amitiés ont vu le jour, avant de repartir sur les chemins de l’enseignement cette fois vers Gond-Pontouvre en Charente. Il y a 7 ans, nous sommes revenus nous installer à Bordeaux dans une petite échoppe qui a accueilli notre Grand-Pilote-de-Balançoire avant de nous installer ici, de là où je t’écris, cher lecteur, depuis la cabane de ma chère « maison bleue » qui de métamorphose ne métamorphose est devenue le petit cocon de 4 humains-trop-humains.

30/ Quel est votre pêché mignon?

Les liiiiiiiiiiiiiiiiiiiiivres jeunesse !!! C’est terrrrrrible !

31/ Quel est le dernier livre que vous avez lu?

Un très bel album publié chez Syros : Quand il fait nuit d’Akiko Miyakoshi, reçu ce matin dans ma BAL. Je vous en reparle très vite.

32/ Que pensez-vous de votre coupe de cheveux actuelle?

La chevelure, vaste sujet… J’aime cette thématique et pour échapper à cette question je partage avec toi cher lecteur un poème de Baudelaire que j’affectionne tout particulièrement :

Un hémisphère dans une chevelure

Laisse-moi respirer longtemps, longtemps, l’odeur de tes cheveux, y plonger tout mon visage, comme un homme altéré dans l’eau d’une source, et les agiter avec ma main comme un mouchoir odorant, pour secouer des souvenirs dans l’air.
Si tu pouvais savoir tout ce que je vois! tout ce que je sens! tout ce que j’entends dans tes cheveux ! Mon âme voyage sur le parfum comme l’âme des autres hommes sur la musique.
Tes cheveux contiennent tout un rêve, plein de voilures et de mâtures; ils contiennent de grandes mers dont les moussons me portent vers de charmants climats, où l’espace est plus bleu et plus profond, où l’atmosphère est parfumée par les fruits, par les feuilles et par la peau humaine.
Dans l’océan de ta chevelure, j’entrevois un port fourmillant de chants mélancoliques, d’hommes vigoureux de toutes nations et de navires de toutes formes découpant leurs architectures fines et compliquées sur un ciel immense où se prélasse l’éternelle chaleur.
Dans les caresses de ta chevelure, je retrouve les langueurs des longues heures passées sur un divan, dans la chambre d’un beau navire, bercées par le roulis imperceptible du port, entre les pots de fleurs et les gargoulettes rafraîchissantes.
Dans l’ardent foyer de ta chevelure, je respire l’odeur du tabac mêlé à l’opium et au sucre; dans la nuit de ta chevelure, je vois resplendir l’infini de l’azur tropical; sur les rivages duvetés de ta chevelure je m’enivre des odeurs combinées du goudron, du musc et de l’huile de coco.
Laisse-moi mordre longtemps tes tresses lourdes et noires. Quand je mordille tes cheveux élastiques et rebelles, il me semble que je mange des souvenirs.

Charles Baudelaire – Le Spleen de Paris

 

33/ Êtes-vous accro au téléphone?

Hélas pour mes proches, je n’aime pas du tout téléphoner – mea culpa – mais voilà qu’avec l’invasion des smartphones j’ai tendance à regarder toutes les 5 minutes mes mails, mes messages sur ce petit bout de technologie intrusive.

34/ Êtes-vous cigale ou fourmi?

Je suis une cigale, irrémédiablement, j’aime chanter et danser, ne vous en déplaise.

35/ Quel est votre magasin préféré?

J’ai beaucoup aimé la librairie Lilosimages à Angoulême. Les livres y avaient une odeur particulière… C’est là que j’ai passé mes premières commandes de séries pour mes premiers élèves, c’est là que j’ai rencontré Jean Molla, c’est là que je suivais ma tutrice de stage en collège qui m’a transmis un goût profond et précieux pour l’enseignement de la littérature jeunesse et qui dans sa grande générosité m’a donné plein de bouquins qui me suivent depuis partout où je vais.

Advertisements