Cher futur lecteur de Tout autour d’ ilya Green publié chez Didier jeunesse,

Voilà un livre au format exceptionnel (32×24 cm).Un livre à la couverture énigmatique, profondément noire avec un marquage à chaud de pastilles dorées et cette petite fille au milieu de cette végétation de papier découpé, un peu sauvage, des plumes rouges dans les cheveux, les joues bien roses, le regard perdu.
C’est un album aux images d’une infinie rondeur, d’une infinie tendresse.

IMG_0149.JPG

Qui ne raconte pas. Qui dit. Qui murmure et crie tout à la fois. Qui hurle tout doucement le plus grand drame que puisse vivre un enfant : la mort de sa mère. Un deuil qui va être le point de départ d’un voyage à l’intérieur de soi mais surtout vers l’autre, l’autre qui au delà des mots peut nous apprendre à apprivoiser notre histoire autrement. En la dessinant.

img_0153

Ilya Green mêle ici diverses techniques qui permettent de mettre en scène cette histoire de deuil et de renaissance.

Et c’est Presque une ode à la réincarnation qui se lit entre les pages, avec cette image qui revient sans cesse du monde qui palpite dans le corps de l’humain, de cette mère minérale, de cette mère végétale, Gaia retrouvée par delà la mort.

Cher lecteur, j’ai toujours aimé les images d’Ilya Green qui aborde tous les registres. Ici à travers cette œuvre intime et bouleversante, on touche à quelque chose d’infiniment précieux, qui se passerait presque de mots…

Ada, la collectionneuse de  silences.

Publicités