Cher.e toi qui aimes les livres pour enfant,

aujourd’hui je voudrais te présenter un beau roman d’amitié : Un caillou au fond de la poche, de Florence Cochet publié dans le joli format allongé des éditions Actes Sud junior.

Au fil des pages, on y découvre le lien qui unit Henri, enfant précoce, et Daisy, sa meilleure amie. La seule qui le comprend. La seule qui l’aime exactement comme il est. Bien entendu, au collège, jungle de regards aiguisés comme des dards, Henri est la cible des moqueries. De la violence. Mais avec Daisy, il peut tout supporter. Sauf qu’au moment où commence ce récit Daisy est malade et ne peut accompagner Henri au collège. Il va falloir se débrouiller seul. Hélas les « Cavaliers infernaux », une bande de petits racketteurs, profitent de cette absence pour lui tendre un piège sur le chemin de l’école. Henri affronte courageusement la violence de la bande de garçons. Mais ils ne vont pas s’arrêter là. Ce roman sera le récit de cette confrontation inégale, mais pour laquelle Henri va s’appuyer sur son ingéniosité et la force que l’amour qu’il porte à Daisy lui donne.

Voilà une histoire d’amitié particulièrement enthousiasmante ! Au départ j’ai pensé que ce serait une énième histoire sur la différence : certes le sujet de l’enfant Haut Potentiel dit « zèbre » est ici un aspect important du récit, mais au delà de ce thème, c’est vraiment une belle histoire d’amitié entre Henri et Daisy, inséparables depuis le primaire, fidèles l’un à l’autre, qui est ici racontée.

Les personnages sont vraiment fouillés, ils ont leurs particularités, leurs univers, leurs familles, leurs fragilités, leurs passés mais surtout leur courage ! Et au fil des pages, nous les voyons devenir les héros et héroïne de leurs propres vies.

J’ai particulièrement aimé l’intrusion des personnages mi-réels mi-merveilleux que sont Fatou, la maman de Daisy et Morgane Chabloz, la remplaçante du professeur de techno qui à leur manière, par leur parole énigmatique mais rassurante, vont changer le cours des choses. Le passage du conte du « Rocher de la fée » dont se sert Morgane Chabloz pour insuffler courage et résistance à Henry, est vraiment particulièrement bien mené et très ingénieux pour évoquer de manière subtile le pouvoir des histoires sur notre quotidien, et montrer comment les contes du passé, aussi surnaturels soient-ils, peuvent nourrir nos réflexions, nos choix, nos décisions.

Vraiment voilà un roman d’une grande qualité qui met le pouvoir de la littérature à l’honneur ! Il n’en fallait pas moins pour me ravir !

Cher.e toi qui aimes les livres pour enfant, n’hésite pas à aller le réserver dans ta médiathèque préférée ou à faire appel aux réserves magiques de ta librairie indépendante de cœur.

Ada, petite poucette à ses heures.