Cher futur lecteur de Paloma et le vaste monde,

tu ne pourras pas résister aux couleurs flamboyantes, chatoyantes, enivrantes de cet album grand format si joliment allégorique !

Tu ne pourras pas résister aux doux visages de Marie-Madeleine, Colombe et Valérie, respectivement surnommées Santa-Maria, Paloma et Rubéole.

Et surtout tu ne pourras pas résister au vent de liberté qui entraîne Paloma hors de son foyer familial et féminin.

Cher futur lecteur, cet album raconte une histoire somme toute très banale pour qui se préoccupe d’éducation, l’histoire d’une enfant à l’abri d’un royaume extrêmement chaleureux et convivial, celui formé par les bras de sa mère, attentive et de ses deux sœurs précieuses. Elles vivent toutes les quatre dans la rue du Capitole à Camerone. Et surtout, surtout, elles n’en sortent pas. Le monde au delà est dangereux et malveillant. En effet il leur a pris leur père et mari pilote d’avion.

Mais Paloma n’a pas du tout envie d’en rester là : elle veut aller voir le cirque de Fresado.

Alors sa mère qui est vraiment une « mère suffisamment bonne » pour reprendre un titre cher à Winnicott un monsieur qui m’a beaucoup aidé quand je suis née pour la troisième fois – « a regardé sa fille dans les yeux, et dans les yeux de Paloma elle a dû voir la même chose que ce qu’il y avait dans ceux de son pilote de mari, il y avait du sable, du nougat et un magicien. Quelque chose qui criait AVENTURE. Et qui, si elle ne pouvait pas partir à l’aventure, s’étiolerait et deviendrait poussière. Et la mère de Paloma s’est demandé si elle avait vraiment le droit de laisser sa fille devenir poussière. »

J’admire la mère de Paloma, cher futur lecteur, comme j’ai admiré profondément Anna la mère d’Ame et Yuki, les enfants loups. J’aime cette mère qui organise la plus belle fête du monde pour inviter sa fille à partir. Sa fille Paloma, l’enfant du milieu, celle qui voulait voir le monde.

Cher futur lecteur, c’est peut-être le lot des enfants du milieu de vouloir voir le monde… Et c’est pour ce désir qui les rend particulièrement vivants que nous les aimons si fort quoi qu’ils en disent 😉

Cet album nous invite à regarder, à écouter très très attentivement nos enfants même lorsque ce qu’ils ont à nous dire nous bouscule. Cet album invite nos enfants à nous regarder et à nous parler très sincèrement. Et oui ils servent aussi à cela les albums de littérature jeunesse, à nous mettre sur le chemin d’une vie de famille à construire ensemble, les uns avec les autres, petits et grands…

Et puis, j’avoue, ce que j’ai d’abord terriblement aimé dans cet album c’est que Paloma collectionne les boules de neige du monde entier, exactement comme mon Grand-Pilote-de-Balançoire !

boules neige

Cher futur lecteur, voici une pépite brillante, scintillante, mirobolante que tu dois absolument saisir de tes deux mains et dévorer des yeux pour accompagner tous les enfants qui le désirent à découvrir le monde et peut-être le changer un peu…

Ada, la collectionneuse de papillons.

Si tu es curieux, cher lecteur, et je sais que tu l’es, n’hésite pas à aller lire l’avis de mon amie Pépita

Publicités