Recherche

Catégorie

Grossesse

L’empreinte de l’ange…

Voilà 13 jours que notre Petit-Pilote-de-Berceau a rejoint la famille, chacun tente de trouver sa place, tout doucement au rythme que nous suggère ce si petit être, calme et contemplatif, un vrai petit sage qui semble encore imprégné des secrets de l’ange qui laisse sur nos visages la belle empreinte de son doigt. C’est en lisant le roman de Nancy Huston il y a de cela bien longtemps (j’étais adolescente et c’est le premier roman de cette auteure que j’ai eu l’occasion de lire avant de tomber sous le charme de son écriture et de ses questionnements,notamment de maman, dans Journal de la création) que j’avais découvert cette belle histoire et c’est en regardant Le Premier cri de Gilles de Maistres il y a maintenant 5 ans en guise de préparation à la venue de notre Petit-Pilote-de-Balançoire, magnifique documentaire revu cette année, dans un moment de partage avec une amie enceinte, que nous l’avons redécouverte.

« Selon une légende talmudique, lorsqu’un enfant naît, il possède encore le savoir ultime de ses vies antérieures. C’est alors qu’un ange apparaît et lui enjoint de tenir ce savoir secret. L’ange pose son doigt sur la lèvre de l’enfant et à cet instant précis, le bébé oublie tout pour entrer dans la vie. Du geste de l’ange, il reste une trace : le petit creux qui dessine un fossé entre notre lèvre supérieure et la base de notre nez… Alors seulement, il peut pousser son premier cri. »

Hier soir encore, notre Petit-Pilote-de-Balançoire m’interrogeait sur cette légende en observant les jolies lèvres de son frère…

 

Ah ! Quand la poésie enchante nos vies…

 

 

NB : la très belle photo est de tatie-fée-marraine-fée-clochette !

 

Ces gestes et ces objets qui accompagnent une grossesse…

Cela devait être un jeudi après-midi de 2009, lors de l’un de nos RDV hebdomadaires avec ma petite soeur alors que j’étais en congé parental, nous nous promenions dans ce quartier de Bordeaux tant aimé, celui qui cache de nombreuses cavernes d’Ali Baba, et là en rentrant dans une petite boutique consacrée à l’univers de la petite enfance et des futures mamans, j’ai découvert ce bijou étrange et poétique : le bola.

Une grosse perle en argent qui renferme en son coeur un petit grelot qui tintinnabule au rythme du corps de la maman et accompagne l’enfant dès la 20e semaine de grossesse de sa petite musique discrète. Ce bijou viendrait d’Indonésie et d’Amérique du Sud et accompagnerait le bébé non seulement dans sa vie utérine mais aussi après si sa maman décide de le suspendre à un mobile, de le coudre dans son doudou ou tout simplement de continuer de le porter tout en s’occupant de son bébé. La mélodie de ce petit objet apaiserait le bébé qui reconnaîtrait le bruit de clochette qui le berça pendant des mois.

Et bien je vérifierai tout cela très bientôt, car c’est l’objet qui a accompagné ma grossesse depuis le 5e mois, grâce encore une fois à mon Namoureux qui exauce tous mes voeux ! J’aime cette sphère argentée, toute simple, suspendue  à son cordon, sautoir de quelques mois qui accompagne mes mouvements -de plus en plus lents !- et interroge mon entourage qui se demande souvent où se cache la fée clochette qui semble suivre le moindre de mes pas !

De la poésie avant toute chose, voilà ce que ma grossesse me rappelle sans cesse !

 

 

 

 

Ces gestes et ces objets qui accompagnent une grossesse…

Un soir de septembre, en rentrant du collège, un joli paquet m’attendait :une trousse Maman poule (oui, oui c’est tout à fait moi !) contenant de nombreux produits de beauté dédiés à la future maman et à son corps en pleine métamorphose.

Cette jolie trousse cachait en son sein maternel 5 produits de beauté aux noms évocateurs :

– Bain de soie de Woman essentials

– Beautanicae, un soin du visage normalisant

– Omum, le bienfaiteur, un lait désaltérant pour le corps

– Essential car,un shampoing extra-doux aux plantes bio

– Bloom et blossom, une huile pour maman et bébé (que je garde précieusement pour les futures séances de massage consacrées à notre Petit-Pilote-de-Berceau)

Et bien moi qui ne prend pas particulièrement le temps de me crémer, shampooiner, maquiller, masser,  j’avoue que grâce à ce beau cadeau de mon Namoureux, j’ai pris plaisir à observer mon ventre montgolfière prendre son envol sous les bulles de savon et les onguents odorants découverts au fil des jours !

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑