Cher-toi-qui-aime-les-livres-pour-enfants,

je viens de terminer un petit bouquin blanc à pois gris au titre étrange : Le bébé et le hérisson.

Ce petit bouquin je l’ai pris sur l’étagère consacrée aux petites poches des éditions Thierry Magnier de ma librairie préférée, un peu par hasard, enfin guidée quand même par le nom de l’auteur dont j’avais terriblement aimé un autre titre…

IMG_0566

Je me suis plongée dans ce récit, dans l’histoire de Guillaume, comme en apnée. C’est un peu la particularité de cette collection : plonger entre les pages et n’en ressortir que 15 minutes plus tard pour reprendre sa respiration. Et Guillaume, je l’ai tout de suite reconnu. Guillaume est sensible, lettré, attentif aux autres, curieux, intéressé. Guillaume est sérieux, poli, mesuré. Et tout cela malgré des parents particulièrement défaillants : l’un est scotché devant sa télé, l’autre est accro aux jeux vidéos. Et le cadet de leurs soucis et bien… ce sont leurs enfants. Ils en ont trois pourtant. Mais Guillaume avance quand même. Et se pose des questions essentielles qui lui permettent de trouver sa place, au sein du collège, du voisinage, de ses amis. Et surtout au sein de sa fratrie. Car ce petit livre là, pour moi, est une magnifique histoire de fratrie qui se construit contre vents et marées.

Et puis c’est l’histoire de tous ces enfants qui poussent droit alors que rien ne les y a aidés. Ces enfants là j’en croise tous les ans et tous les ans, je n’en reviens pas.

Ada, la collectionneuse de bon points. 

Le bébé et le hérisson,

Mathis,

« petite poche »

éditions Thierry Magnier

imprimé en République tchèque en juillet 2015

3,90€

Advertisements